This site uses cookies. By accepting cookies you can optimise your browsing experience. Read more.
Russia: Putin talks Assad, Ukraine & ISIS with US TV host Charlie Rose19:43

Russia: Putin talks Assad, Ukraine & ISIS with US TV host Charlie Rose

Russian Federation, Novo-Ogaryovo
September 27, 2015 at 21:37 GMT +00:00 · Published

Russian President Vladimir Putin gave an interview to television journalist Charlie Rose in Novo-Ogaryovo.

*FULL TRANSCRIPT IN ENGLISH*

CHARLIE ROSE: Are you ready to join forces with the United States against ISIS and is it why you are in Syria? Others believe that it might be part of your goal, that you are trying to save President al-Assad’s administration because they have been losing ground and the war has not been going well for them, and you are there to rescue them.

VLADIMIR PUTIN: That’s right, that’s how it is. We provide assistance to legitimate Syrian authorities. Moreover, I strongly believe that by acting otherwise, acting to destroy the legitimate bodies of power we would create a situation that we are witnessing today in other countries of the region or in other regions of the world, for instance, in Libya, where all state institutions have completely disintegrated.

Unfortunately, we are witnessing a similar situation in Iraq. There is no other way to settle the Syrian conflict other than by strengthening the existing legitimate government agencies, support them in their fight against terrorism and, of course, at the same time encourage them to start a positive dialogue with the “healthy” part of the opposition and launch political transformations.

CHARLIE ROSE: As you know, some coalition partners want al-Assad to go before they can support the government.

VLADIMIR PUTIN: I would like to advise or recommend them to forward this suggestion to the Syrian people. It is only up to the Syrian people living in Syria to determine who, how and based on what principles should rule their country.

CHARLIE ROSE: Do you support what President al-Assad is doing in Syria and what is happening to those Syrians, to those millions of refugees, to hundreds of thousands of people who have been killed and many – by his own force?

VLADIMIR PUTIN: And do you think that those who support the armed opposition and, mainly, terrorist organisations just in order to overthrow al-Assad without thinking of what awaits the country after the complete destruction of state institutions are doing the right thing?

Time and again, with perseverance worthy of a better cause, you are talking about the Syrian army fighting against its people. But take a look at those who control 60 percent of Syrian territory. Where is that civilised opposition? 60 percent of Syria is controlled either by ISIS, Jabhat al-Nusra or other terrorist organisations, organisations that have been recognised as terrorist by the United States, as well as other countries and the UN.

CHARLIE ROSE: Would Russia deploy its combat troops in Syria if it is necessary to defeat ISIS?

VLADIMIR PUTIN: Russia will not take part in any field operations on the territory of Syria or in other states; at least, we do not plan it for now. But we are thinking of how to intensify our work both with President al-Assad and our partners in other countries.

CHARLIE ROSE: As we come back to the problem of many people considering that al-Assad is helping ISIS, that his terrible attitude towards the Syrian people and the use of barrel bombs and other actions are helping ISIS, and if he is removed, the transition period would be better at some point for the purposes of fighting ISIS.

VLADIMIR PUTIN: In secret services’ parlance, I can say that such an assessment is a blatant act by al-Assad’s enemies. It is anti-Syrian propaganda.

CHARLIE ROSE: This wording is very broad, among other things, it can mean new efforts by Russia to take up the leadership role in the Middle East and it can mean that it represents your new strategy. Is it really a new strategy?

VLADIMIR PUTIN: No. There are more than 2,000 militants in Syria from the former Soviet Union. So instead of waiting for them to return back home we should help President al-Assad fight them there, in Syria. This is the main incentive that impels us to help President al-Assad.

In general, we want the situation in the region to stabilize.

CHARLIE ROSE: You are proud of Russia and it means that you want Russia to play a more significant role in the world. This is just one of the examples.

VLADIMIR PUTIN: This is not an end in itself. I am proud of Russia. We have much to be proud of. But we have no obsession that Russia must be a super power in the international arena.

CHARLIE ROSE: But you are a major power because of the nuclear weapons you possess. You are a force to be reckoned with.

VLADIMIR PUTIN: I hope so (laughing), otherwise what are these weapons for?

The Ukrainian issue is a separate huge issue for us, I will tell you why. Ukraine is the closest country to us. We have always said that Ukraine is our sister country and it is true. It is not just a Slavic people, it is the closest people to Russia: we have similar languages, culture, common history, religion etc.

Here is what I believe is completely unacceptable for us. Addressing issues, including controversial ones, as well as domestic issues of the former Soviet Republics through the so-called coloured revolutions, through coups and unconstitutional means of toppling the current government. That is absolutely unacceptable. Our partners in the United States are not trying to hide the fact that they supported those opposed to President Yanukovych.

CHARLIE ROSE: You believe the United States had something to do with the ousting of Yanukovych, when he had to flee to Russia?

VLADIMIR PUTIN.: I know this for sure.

CHARLIE ROSE: How can you know for sure?

VLADIMIR PUTIN: It is very simple. We have thousands of contacts and thousands of connections with people who live in Ukraine. And we know who had meetings and worked with people who overthrew Viktor Yanukovych, as well as when and where they did it; we know the ways the assistance was provided, we know how much they paid them, we know which territories and countries hosted trainings and how it was done, we know who the instructors were. We know everything. Well, actually, our US partners are not keeping it a secret.

CHARLIE ROSE: Do you respect the sovereignty of Ukraine?

VLADIMIR PUTIN: Certainly. However, we would like other countries to respect the sovereignty of other states, including Ukraine, too. Respecting the sovereignty means preventing coups, unconstitutional actions and illegitimate overthrowing of the legitimate government.

CHARLIE ROSE: How does the renewal of the legitimate power take place in your judgment? How will that come about? And what role will Russia play?

VLADIMIR PUTIN: At no time in the past, now or in the future has or will Russia take any part in actions aimed at overthrowing the legitimate government.

CHARLIE ROSE: Did you have to use the military force to accomplish that objective?

VLADIMIR PUTIN: Of course, no.

CHARLIE ROSE: Russia has military presence on the borders with Ukraine, and some argue that there have been Russian troops in Ukraine itself.

VLADIMIR PUTIN: Do you have a military presence in Europe?

CHARLIE ROSE: Yes.

VLADIMIR PUTIN: The U.S. tactical nuclear weapons are in Europe, let us not forget this. Does it mean that the U.S. has occupied Germany or that the U.S. never stopped the occupation after World War II and only transformed the occupation troops into the NATO forces? And if we keep our troops on our territory on the border with some state, you see it is a crime?

CHARLIE ROSE: As you know, you are very much talked about in America.

VLADIMIR PUTIN: Do they not have anything else to do? ( Laughs.)

CHARLIE ROSE: Or maybe they are curious people? Or maybe you are an interesting character, maybe that is what it is? They know that you were the KGB agent, who retired and got into politics. In St. Petersburg you became deputy mayor, then moved to Moscow. And the interesting thing is that they see these images of you, bare-chested man on horseback, and they say there is a man who carefully cultivates his image of strength.

You enjoy the work, you enjoy representing Russia, and I know you have been an intelligence officer. Intelligence officer knows how to read other people; that’s part of the job, right?

VLADIMIR PUTIN: It used to be my job. Now I have a different job and for quite a while already.

CHARLIE ROSE: Someone in Russia told me, “There is no such thing as a former KGB man. Once a KGB man, always a KGB man.”

VLADIMIR PUTIN: You know every stage of your life has an impact on you. Whatever we do, all the knowledge, the experience, they stay with us, we carry them on, use them in one way or another. In this sense, yes, you are right.

CHARLIE ROSE: Once, somebody from the CIA told me that the training you have is important, that you learn to be liked as well. Because you have to charm people, you have to seduce them.

VLADIMIR PUTIN: Well, if the CIA told you so, then it must be true. They are experts on that. (Laughing)

CHARLIE ROSE: The popularity rating you have in Russia, I believe, makes every politician in the world envious. Why are you so popular?

VLADIMIR PUTIN: There is something that unites me and other citizens of Russia. It is love for our Motherland.

CHARLIE ROSE: It was an emotional moment at the time of the [World War II Memory], because of the sacrifices Russia had made. And you were staying with a picture of your father with tears in your eyes.

VLADIMIR PUTIN: Yes, my family and my relatives as a whole suffered heavy losses during the Second World War. That is true. In my father's family there were five brothers and four of them were killed, I believe. On my mother's side the situation is much the same. In general, Russia suffered heavily. No doubt, we cannot forget that and we must not forget, not to accuse anyone but to ensure that nothing of the kind ever happens again.

CHARLIE ROSE: You also said that the worst thing that happened in the last century was the disintegration of the Soviet Union, the Soviet empire. There are those who look at Ukraine and Georgia and think that you do not want to recreate the Soviet empire, but you do want to recreate a sphere of influence, which, you think, Russia deserves because of the relationship that has existed. Why are you smiling?

VLADIMIR PUTIN: (Laughing) Your questions make me happy. Somebody is always suspecting Russia of having some ambitions, there are always those who are trying to misinterpret us or keep something back. I did say that I see the collapse of the Soviet Union as a great tragedy of the XX century. Do you know why? First of all, because 25 million of Russian people suddenly turned out to be outside the borders of the Russian Federation. They used to live in one state; the Soviet Union has traditionally been called Russia, the Soviet Russia, and it was the great Russia. They used to live in one country and suddenly found themselves abroad. Can you imagine how many problems came out?

First, there were everyday issues, the separation of families, the economic and social problems. The list is endless. Do you think it is normal that 25 million people, Russian people, suddenly found themselves abroad? The Russians have turned out to be the largest divided nation in the world nowadays. Is that not a problem? It is not a problem for you as it is for me.

CHARLIE ROSE: As far as we know, you are very popular, but, forgive me, there are many people who are very critical towards you in Russia. As you know, they say it is more autocratic than democratic. They say that political opponents and journalists had been killed and imprisoned in Russia. They say your power is unchallenged. And they say that power, an absolute power corrupts absolutely. What would you say to those people who worry about the climate, the atmosphere in Russia?

VLADIMIR PUTIN: There can be no democracy without observing the law and everyone must observe it – that is the most basic and important thing that we all should remember.

As for those tragic incidents as losses of lives, including those of the journalists, unfortunately, it happens in all countries around the world. But if it occurs in Russia, we take every step possible to ensure that the perpetrators are found, identified and punished. We will work on all issues in the same way.

But the most important thing is that we will continue improving our political system so that people and every citizen will feel that they can influence the life of state and society, they can influence the authorities, and so that the authorities will be aware of their responsibility before those people who gave their confidence to the representatives of the authorities in the elections.

CHARLIE ROSE: If you as the leader of this country insist that the rule of law be observed, if you insist that justice be done, if you because of your power do that, then it could go a long way eliminating that perception.

VLADIMIR PUTIN: A lot can be done, but not everyone immediately succeeds in everything. How long has it taken the democratic process to develop in the United States? Since it was founded. So, do you think that as regards democracy everything is settled now in America? If this were so, there would be no Ferguson issue, right? There would be no other issues of similar kind, there would be no police abuse.

Our goal is to see all these issues and respond to them timely and properly. The same applies to Russia. We also have a lot of problems.

CHARLIE ROSE: Are you curious about America more than simply another nation that you have to deal with?

VLADIMIR PUTIN: It is interesting for us to know what is happening in the US. America has a strong influence on the situation in the world in general.

CHARLIE ROSE: What do you like most about America?

VLADIMIR PUTIN: America's creative approach to solving the problems the country is faced with, its openness and open-mindedness which make it possible to unleash the potential of the people. I believe that largely due to these qualities America has made such tremendous strides in its development.

CHARLIE ROSE: What do you think of President Obama? What is your evaluation of him?

VLADIMIR PUTIN: I do not think I am entitled to assess the President of the United States. This is up to the American people.

CHARLIE ROSE: Do you think his activities in foreign affairs reflect a weakness?

VLADIMIR PUTIN: Why? I do not think so at all. The point is that in any country, including the United States, may be in the United States even more often than in any other country, foreign policy is used for internal political struggle. An election campaign will soon start in the United States. They always play either Russian card or any other.

CHARLIE ROSE: Let me ask you this question: Do you think he listens to you?

VLADIMIR PUTIN: I think that we all listen to each other when it does not contradict our own ideas of what we should and should not do.

CHARLIE ROSE: You said Russia is not a super power. Do you think he considers Russia an equal? Considers you an equal? Which is the way you want to be treated?

VLADIMIR PUTIN: (Laughing) Ask him, he is your President! How can I know what he thinks?

CHARLIE ROSE: Are you watching the republican political debates?

VLADIMIR PUTIN: If you ask me whether I watch them on a daily basis – I would say no.

CHARLIE ROSE: Marco Rubio is running for a Republican nomination and he said you were a gangster.

VLADIMIR PUTIN: How can I be a gangster, if I worked for the KGB? It is absolutely ridiculous.

CHARLIE ROSE: Are people in Russia fearful of you?

VLADIMIR PUTIN: I do not think so. I assume most people trust me, if they vote for me in elections. And it is the most important thing. It places great responsibility on me, immense responsibility. I am grateful to the people for that trust, but I surely feel great responsibility for what I do and for the result of my work.

CHARLIE ROSE: As you know, some have called you a tsar.

VLADIMIR PUTIN: So what? You know, they call me different things…

CHARLIE ROSE: Does this title fit you?

VLADIMIR PUTIN: No, it doesn’t. It is not what your supporters, friends or your political adversaries call you that matters. What is important is what you think you must do in the interests of the country, which put you in such position, such post as the Head of the Russian State.

*FULL TRANSCRIPT IN FRENCH*

Ch. Rose : Vous êtes prêts à rejoindre les États-Unis dans leur lutte contre Daesh et c’est pour cela que vous êtes présents en Syrie ? D’autres pensent que votre but est en partie de maintenir au pouvoir l’administration d’Assad, car il est en train de perdre du terrain et que la guerre prend un tournant défavorable pour son gouvernement. Est-ce que le maintien de Bachar el-Assad au pouvoir est le but de la présence russe en Syrie ?

V. Poutine : C’est juste, c’est bien le cas. J’ai déjà dit deux fois pendant notre conversation, et je peux le répéter à nouveau, que nous accordons un soutien au pouvoir légitime de la Syrie. De plus, je suis profondément convaincu qu’en agissant dans un autre sens, celui de la destruction du pouvoir légitime, nous pouvons provoquer une situation similaire à celle qu’on observe actuellement dans d’autres pays de la région, ou dans d’autres régions du monde, en Libye par exemple, où toutes les institutions étatiques se sont désintégrées. Malheureusement, on observe la même situation en Irak. Il n’y a pas d’autre solution au problème syrien que celle du renforcement des structures étatiques légales existantes en les aidant à combattre le terrorisme, ce qui doit, bien sûr, être accompagné d’un encouragement au dialogue positif avec la partie non-radicalisée de l’opposition et à l’application de réformes politiques.

Ch. Rose : Comme vous le savez, certains membres de la coalition veulent d’abord qu’Assad renonce au pouvoir. Et c’est seulement après qu’ils seront prêts à soutenir le Gouvernement.

V. Poutine : Je leur conseillerais ou recommanderais d’adresser cette suggestion au peuple syrien et non au président Assad lui-même. Seul le peuple syrien est en droit de décider dans son pays, qui et comment, selon quels principes, doit diriger le pays.

Ch. Rose : Vous soutenez le président Assad. Et est-ce que vous soutenez ce qu’il fait en Syrie et ce qui se passe avec ces Syriens, ces millions de réfugiés, ces centaines de milliers de personnes qui sont mortes et dont une grande partie a été tuée par ses gens?

V. Poutine : Et à votre avis, ils ont raison, ceux qui soutiennent l’opposition armée et surtout les organisations terroristes dans le seul but de renverser Assad sans se préoccuper du sort de ce pays après la destruction totale de toutes les institutions étatiques dans ce pays ? Vous dites sans cesse, avec une persévérance qui pourrait être mieux utilisée, que l’armée syrienne se bat contre son propre peuple. Mais regardez qui contrôle 60% du territoire syrien ! Où est cette opposition modérée ? 60% du territoire syrien est contrôlé soit par Daesh, soit par d’autres organisations terroristes, telles que le Front al-Nosra ou d’autres encore, reconnues comme organisations terroristes par les États-Unis entre autres États, ainsi que par l’ONU.

Ch. Rose : Etes-vous prêts à envoyer des troupes russes en Syrie si dans le cadre de la lutte contre Daesh cela se révèle nécessaire ?

V. Poutine : La Russie ne participera à aucune opération militaire sur le territoire de la Syrie ou sur celui d’autres États. En tout cas, nous ne l’envisageons pas aujourd’hui. Mais nous songeons aux possibilités d’intensification de notre travail avec le président Assad et avec nos partenaires d’autres pays.

Ch. Rose : Que faut-il faire encore ? Comme vous savez, beaucoup de gens pensent que ce que fait Assad fait le jeu de Daesh et que ce traitement horrible que le régime réserve au peuple syrien, avec tous ces bombardements et autres actions malfaisantes n’est rien d’autre qu’une aide à l’Etat islamique. Par conséquent, si Bachar el-Assad part, il y aura une période transitoire, qui aidera à lutter contre Daesh.

V. Poutine : En employant le langage des services secrets, je peux dire qu’une telle connotation n’est rien d’autre qu’une initiative active des ennemis d’Assad. C’est de la propagande anti-syrienne.

Ch. Rose : C’est très vaste comme expression. De plus, cela peut signifier que la Russie va faire de nouveaux efforts pour récupérer le leadership au Proche-Orient et que cela représente votre nouvelle stratégie. Est-ce vrai?

V. Poutine : Non, on a déjà parlé des faits qui nous poussent à accorder un soutien de plus en plus important au gouvernement Assad et à réfléchir aux perspectives de la région. Je vous ai déjà répondu. Vous avez posé la question et je vous ai répondu. Plus de 2 000 combattants de l’ex-URSS se trouvent sur le sol syrien. La menace de les voir revenir en Russie existe. Alors, au lieu d’attendre leur retour, il vaut mieux aider Assad à les combattre sur le territoire de la Syrie. Voilà la motivation principale de notre soutien au président syrien. En gros on ne veut pas, bien évidemment, que la situation dans la région se somalise.

Ch. Rose : Vous êtes fier de la Russie et cela signifie que vous voulez qu’elle joue un rôle plus important à l’échelle mondiale. Et cela en est un bon exemple.

V. Poutine : Ce n’est pas un but en soi. Je suis fier de la Russie. Il y a de quoi être fier . Mais nous ne sommes pas obsédés par l’idée d’imposer un leadership russe sur la scène internationale.

Ch. Rose : Mais la Russie fait partie des principales puissances, car vous avez des armes nucléaires. Vous êtes une force à prendre en considération.

V. Poutine : J’espère bien, sinon à quoi bon disposer de ces armes? Quant à l’Ukraine, il s’agit d’une situation à part, même pour nous. L’Ukraine est le pays qui nous est le plus proche. Nous avons toujours considéré l’Ukraine comme un pays frère et c’est toujours le cas. Ce n’est pas seulement un peuple slave, c’est le peuple qui est le plus proche des Russes. Nos langues et nos cultures sont très similaires. Nous avons une histoire et une religion en commun, etc. Qu’est-ce que je trouve absolument inacceptable pour nous? Que des questions, y compris des questions controversées, relevant de la politique interne des anciennes républiques de l’URSS soient réglées par des révolutions dites «de couleur», par le renversement des pouvoirs en place par des moyens non-constitutionnels. Ça c’est absolument inacceptable. Nos partenaires aux États-Unis n’ont pas caché qu’ils soutenaient ceux qui étaient contre le président Ianoukovitch.

Ch. Rose : Vous pensez que les États-Unis sont liés au renversement de Viktor Ianoukovitch, quand il a dû s’enfuir en Russie?

V. Poutine : Je le sais avec certitude.

Ch. Poutine : Comment le savez-vous?

V. Poutine : C’est très simple. Nous sommes en contact et en relation avec des milliers de personnes en Ukraine. Et nous savons qui, où et quand a rencontré et a travaillé avec ces gens qui ont renversé Ianoukovitch. Nous savons quel soutien leur a été accordé, combien ils ont été payés et comment ils ont été entrainés. Nous savons sur quels territoires et dans quels pays ces entrainements ont eu lieu et qui étaient les formateurs. Nous savons tout. Proprement dit, nos partenaires américains ne s’en cachent plus.

Ch. Rose : Respectez-vous la souveraineté de l’Ukraine?

V. Poutine : Bien sûr. Mais nous voudrions que les autres pays respectent également la souveraineté des autres Etats, y compris de l’Ukraine. Respecter la souveraineté veut dire ne pas admettre de coups d’état, d’actions anticonstitutionnelles et de renversement illégal d’un pouvoir légitime.

Ch. Rose : Comment ce renversement du pouvoir légitime s’est-il passé ? Et quel rôle s’attribue la Russie dans la rénovation du pouvoir en Ukraine ?

V. Poutine : Mais la Russie n’entreprend pas, n’a jamais entrepris et n’entreprendra jamais d’actions visant à renverser un pouvoir légitime.

Ch. Rose : Mais était-il nécessaire d’utiliser la force militaire pour arriver à cette fin ?

V. Poutine : Bien sûr que non.

Ch. Rose : Beaucoup de gens parlent de la présence militaire russe aux frontières de l’Ukraine et certains disent même qu’il y a des troupes russes sur le territoire du pays voisin.

V. Poutine : Vous avez une présence militaire en Europe ?

Ch. Rose : Oui.

V. Poutine : N’oublions pas que des armes nucléaires tactiques américaines s’y trouvent. Qu’est-ce que cela signifie ? Que vous auriez occupé l’Allemagne ou bien auriez décidé de ne pas en finir avec l’occupation de l’Allemagne après la Deuxième Guerre mondiale en transformant tout simplement les forces d’occupation en forces armées de l’OTAN ? Et si nous avons des troupes sur notre territoire près de la frontière d’un État, vous considérez que c’est déjà un crime ?

Ch. Rose : Comme vous le savez, on parle beaucoup de vous aux États-Unis.

V. Poutine : Vous n’avez rien d’autre à faire ?

Ch. Rose : Peut-être qu’ils sont tout simplement curieux ? Peut-être que vous êtes quelqu’un d’intéressant, peut-être que c’est pour cela ? Mais ils vous perçoivent, tout d’abord, comme un dirigeant fort. Ils savent que vous avez travaillé au KGB et que vous avez bâti votre carrière politique à Saint-Pétersbourg en devenant l’adjoint au maire, et que vous avez déménagé à Moscou. Il est à noter qu’ils vous voient sur des photos torse nu, sur un cheval au galop, et ils se disent : c’est un homme qui se crée une image d’homme fort. Vous aimez votre travail et je sais que vous avez travaillé dans le renseignement extérieur. Je comprends que c’est votre métier de lire les gens.

V. Poutine : C’était mon travail. Mais aujourd’hui j’ai un autre travail et cela, depuis déjà bien longtemps.

Ch. Rose : Quelqu’un en Russie m’a dit : «Il n’y a pas d’ex-agent du KGB.

V. Poutine : Vous savez, aucune étape de notre vie ne se passe sans laisser de trace. Peu importe notre occupation, peu importe ce que nous faisons ; ces connaissances, cette expérience resteront en nous pour toujours et nous les amenons avec nous par la suite ; nous les utilisons d’une certaine manière. Dans ce sens, alors oui. C’est vrai.

Ch. Rose : Un jour, un agent de la CIA m’a dit que vous aviez été formé de façon importante. Vous pouvez charmer les gens et vous réussissez bien dans ce domaine. Vous exercez une sorte de séduction sur eux.

V. Poutine : Si on vous a dit ça à la CIA, alors c’est probablement vrai. Ces gens sont de bons professionnels.

Ch. Rose : Je pense que votre cote de popularité en Russie est enviée par n’importe quel homme politique dans le monde. Qu'est-ce qui vous rend si populaire?

V. Poutine : Il y a quelque chose qui nous unit, les citoyens de Russie et moi. Ce «quelque chose» en commun, c’est l’amour de la patrie.

Ch. Rose : Lors de la célébration du 70ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque tout le monde commémorait les victimes du conflit, nous avons tous été touchés par l’image suivante : vous aviez les larmes aux yeux et vous teniez la photo de votre père entre vos mains.

V. Poutine : Oui. Ma famille a subi des pertes considérables, ainsi que mes proches d’une manière générale, durant la Seconde Guerre mondiale. C’est vrai. Dans la famille de mon père, ils étaient cinq frères dont quatre sont morts. Du côté de ma mère, c’est à peu près la même chose. De manière générale, la Russie a payé un lourd tribut. Bien sûr, nous ne pouvons pas et nous ne devons pas l’oublier. Non pas pour accuser quelqu’un, mais pour que rien de semblable ne puisse se reproduire dans l’avenir.

Ch. Rose : Vous avez également dit que la plus grande tragédie du XXème siècle était la chute de l’Union Soviétique. Cependant, certaines personnes regardent l’Ukraine et la Géorgie et disent non pas que vous voulez rétablir l’empire soviétique, mais plutôt la sphère d’influence que la Russie mérite selon vous, à cause de ces relations qui ont existé toutes ces années.

Pourquoi souriez-vous ?

V. Poutine : Vous me réjouissez. On nous prête tout le temps je ne sais quelles ambitions et essaie en permanence de déformer ou de tronquer les faits. J’ai réellement dit que je croyais que la chute de l’Union Soviétique avait été la plus grande tragédie du XXème siècle. Vous savez pourquoi ? C’est avant tout parce que du jour au lendemain, quelque 25 millions de Russes se sont retrouvés hors des frontières de la Fédération de Russie. Ils vivaient dans un pays et soudain, se sont retrouvés à l’étranger. Vous imaginez le nombre de problèmes que cela a posé ? Des problèmes d’ordre domestique, la séparation des familles, des problèmes économiques, des problèmes sociaux. Impossible d’en faire la liste complète. Et vous pensez qu’il est normal que 25 millions de personnes, de Russes, se soient retrouvés soudain à l’étranger ? A l’heure actuelle, les Russes constituent la plus grande nation jamais séparée dans le monde. Ce n’est pas un problème ? Ce n’est pas un problème pour vous, mais ça l’est pour moi.

Ch. Rose : De nombreuses personnes en Russie vous critiquent. Comme vous le savez, ils disent que la Russie est plutôt autocratique que démocratique. Les journalistes politiques se retrouvent en prison et se font assassiner. Ils soutiennent que votre pouvoir est sans limite et aussi, que le pouvoir et en particulier un pouvoir sans limite, corrompt tout. Que diriez-vous à ces gens que préoccupe le climat politique en Russie ?

V. Poutine : Il ne peut y avoir de démocratie sans respect de la loi et tous doivent la respecter. C’est un principe de base, une chose essentielle que nous devons toujours avoir à l’esprit et ne jamais oublier. Quant à ces évènements tragiques, la mort de ces personnes, y compris des journalistes, malheureusement c’est quelque chose qui arrive dans tous les pays du monde. Mais si cela arrive chez nous, nous faisons tout pour que les auteurs de ces crimes soient interpelés, jugés et punis.

Nous allons agir ainsi dans toutes les directions. Mais ce qui est le plus important, c’est que nous allons continuer à travailler au perfectionnement de notre système politique, afin que les gens puissent sentir, afin que toute personne puisse sentir qu’elle joue son rôle dans la vie de l’État et de la société, qu’elle influe sur le pouvoir et que le pouvoir sente sa responsabilité vis-à-vis des gens qui lui ont accordé leur confiance, ainsi qu’aux autorités pendant les campagnes électorales.

Ch. Rose : Si vous, en tant que dirigeant de ce pays, insistez sur la suprématie de la loi et de la justice, alors il pourrait y avoir des progrès considérables dans l’inversion de cette perception négative.

V. Poutine : Beaucoup de choses peuvent être faites. Mais pas tout et pas tout de suite. Prenons l’exemple des Etats-Unis. Combien de temps a pris le processus de développement de la démocratie ? Il dure depuis la création des États-Unis. Et à présent, vous croyez que tout a été fait du point de vue de la démocratie ? Si tout avait déjà été fait, le problème de Ferguson n’aurait pas eu lieu, n’est-ce pas ? Il n’y aurait pas d’autre problème de ce genre. Il n’y aurait pas d’arbitraire policier.

Notre objectif est d’identifier tous ces problèmes à temps et d’agir de manière adéquate. Il en va de même pour la Russie. Nous avons aussi beaucoup de problèmes.

Ch. Rose : Les Etats-Unis vous intéressent-ils davantage que n’importe quel autre État avec lequel vous êtes amené à coopérer ?

V. Poutine : Bien sûr, nous nous intéressons à ce qui se passe aux Etats-Unis. Les Etats-Unis ont une très grande influence sur la situation dans le monde en général.

Ch. Rose : Qu'aimez- vous le plus à propos des États-Unis ?

V. Poutine : Leur approche créative dans la résolution des problèmes auxquels ils sont confrontés, l’ouverture et l’émancipation qui ont permis de faire fructifier le potentiel de la population. Je pense qu’en grande partie c’est grâce à cela que les États-Unis ont pu connaître de si grands succès dans leur développement.

Ch. Rose : Permettez-moi de vous demander ce que vous pensez du président Obama ? Comment le jugez-vous ?

V. Poutine : Je ne me considère pas en droit de juger le président des Etats-Unis. C’est l’affaire du peuple américain.

Ch. Rose : Pensez-vous que son activité dans les relations internationales reflète une faiblesse ?

V. Poutine : Je ne le pense pas du tout. Vous savez, voici la chose. Dans tout pays, y compris aux Etats-Unis, et peut-être même aux Etats-Unis plus qu’ailleurs, les facteurs de politique extérieure sont utilisés dans les débats de politique intérieure. La campagne électorale aura bientôt lieu aux Etats-Unis. Tout le temps, c’est soit la carte russe qui est jouée, soit une autre.

Ch. Rose : Permettez-moi de vous poser la question suivante : pensez-vous qu’il vous écoute ?

V. Poutine : Je pense que nous nous écoutons les uns les autres, quand cela ne contredit pas nos propres idées de ce que nous devrions ou ne devrions pas faire.

Ch. Rose : Pensez-vous qu’il considère la Russie d’égal à égal ? Pensez-vous qu’il vous considère d’égal à égal ? Et est-ce que c’est bien le comportement que vous attendez de sa part ?

V. Poutine : Posez-lui donc la question ! Après tout c’est votre président. Comment puis-je savoir ce qu’il pense ?

Ch. Rose : Suivez-vous les débats politiques du Parti républicain ?

V. Poutine : Suivre les débats de manière quotidienne, ça non.

Ch. Rose : Marco Rubio est l’un des candidats au poste de président des Etats-Unis du Parti républicain vous a traité de «gangster» lors des débats politiques.

V. Poutine : Comment puis-je être un gangster alors que je travaillais au KGB ? C’est absolument contraire à la réalité.

Ch. Rose : Les gens ont peur de vous en Russie ?

V. Poutine : Je crois que non. Je suppose que la plupart des gens me font confiance, s’ils votent pour moi lors des élections. Et c’est ce qu’il y a de plus important. Cela représente une énorme responsabilité, une responsabilité colossale. Je suis reconnaissant au peuple pour cette confiance, mais bien sûr, je ressens une énorme responsabilité pour ce que je fais et pour le résultat de mon travail.

Ch. Rose : Comme vous le savez, certaines personnes vous qualifient de Tsar.

V. Poutine : Et alors ? Vous savez, on m’appelle de différentes manières.

Ch. Rose : Ce titre vous correspond-il ?

V. Poutine : Non. Ce qui importe, ce n’est pas comment des sympathisants, des amis ou des adversaires politiques vous appellent. Ce qui compte, c’est ce que l’on pense soi-même de ce que l’on doit faire dans l’intérêt du pays qui vous a confié cette fonction, ce poste, en tant que chef de l’État russe.

Russia: Putin talks Assad, Ukraine & ISIS with US TV host Charlie Rose19:43
Free for subscribers only
Restrictions

Video courtesy of Ruptly

No Account? Sign up!
Description

Russian President Vladimir Putin gave an interview to television journalist Charlie Rose in Novo-Ogaryovo.

*FULL TRANSCRIPT IN ENGLISH*

CHARLIE ROSE: Are you ready to join forces with the United States against ISIS and is it why you are in Syria? Others believe that it might be part of your goal, that you are trying to save President al-Assad’s administration because they have been losing ground and the war has not been going well for them, and you are there to rescue them.

VLADIMIR PUTIN: That’s right, that’s how it is. We provide assistance to legitimate Syrian authorities. Moreover, I strongly believe that by acting otherwise, acting to destroy the legitimate bodies of power we would create a situation that we are witnessing today in other countries of the region or in other regions of the world, for instance, in Libya, where all state institutions have completely disintegrated.

Unfortunately, we are witnessing a similar situation in Iraq. There is no other way to settle the Syrian conflict other than by strengthening the existing legitimate government agencies, support them in their fight against terrorism and, of course, at the same time encourage them to start a positive dialogue with the “healthy” part of the opposition and launch political transformations.

CHARLIE ROSE: As you know, some coalition partners want al-Assad to go before they can support the government.

VLADIMIR PUTIN: I would like to advise or recommend them to forward this suggestion to the Syrian people. It is only up to the Syrian people living in Syria to determine who, how and based on what principles should rule their country.

CHARLIE ROSE: Do you support what President al-Assad is doing in Syria and what is happening to those Syrians, to those millions of refugees, to hundreds of thousands of people who have been killed and many – by his own force?

VLADIMIR PUTIN: And do you think that those who support the armed opposition and, mainly, terrorist organisations just in order to overthrow al-Assad without thinking of what awaits the country after the complete destruction of state institutions are doing the right thing?

Time and again, with perseverance worthy of a better cause, you are talking about the Syrian army fighting against its people. But take a look at those who control 60 percent of Syrian territory. Where is that civilised opposition? 60 percent of Syria is controlled either by ISIS, Jabhat al-Nusra or other terrorist organisations, organisations that have been recognised as terrorist by the United States, as well as other countries and the UN.

CHARLIE ROSE: Would Russia deploy its combat troops in Syria if it is necessary to defeat ISIS?

VLADIMIR PUTIN: Russia will not take part in any field operations on the territory of Syria or in other states; at least, we do not plan it for now. But we are thinking of how to intensify our work both with President al-Assad and our partners in other countries.

CHARLIE ROSE: As we come back to the problem of many people considering that al-Assad is helping ISIS, that his terrible attitude towards the Syrian people and the use of barrel bombs and other actions are helping ISIS, and if he is removed, the transition period would be better at some point for the purposes of fighting ISIS.

VLADIMIR PUTIN: In secret services’ parlance, I can say that such an assessment is a blatant act by al-Assad’s enemies. It is anti-Syrian propaganda.

CHARLIE ROSE: This wording is very broad, among other things, it can mean new efforts by Russia to take up the leadership role in the Middle East and it can mean that it represents your new strategy. Is it really a new strategy?

VLADIMIR PUTIN: No. There are more than 2,000 militants in Syria from the former Soviet Union. So instead of waiting for them to return back home we should help President al-Assad fight them there, in Syria. This is the main incentive that impels us to help President al-Assad.

In general, we want the situation in the region to stabilize.

CHARLIE ROSE: You are proud of Russia and it means that you want Russia to play a more significant role in the world. This is just one of the examples.

VLADIMIR PUTIN: This is not an end in itself. I am proud of Russia. We have much to be proud of. But we have no obsession that Russia must be a super power in the international arena.

CHARLIE ROSE: But you are a major power because of the nuclear weapons you possess. You are a force to be reckoned with.

VLADIMIR PUTIN: I hope so (laughing), otherwise what are these weapons for?

The Ukrainian issue is a separate huge issue for us, I will tell you why. Ukraine is the closest country to us. We have always said that Ukraine is our sister country and it is true. It is not just a Slavic people, it is the closest people to Russia: we have similar languages, culture, common history, religion etc.

Here is what I believe is completely unacceptable for us. Addressing issues, including controversial ones, as well as domestic issues of the former Soviet Republics through the so-called coloured revolutions, through coups and unconstitutional means of toppling the current government. That is absolutely unacceptable. Our partners in the United States are not trying to hide the fact that they supported those opposed to President Yanukovych.

CHARLIE ROSE: You believe the United States had something to do with the ousting of Yanukovych, when he had to flee to Russia?

VLADIMIR PUTIN.: I know this for sure.

CHARLIE ROSE: How can you know for sure?

VLADIMIR PUTIN: It is very simple. We have thousands of contacts and thousands of connections with people who live in Ukraine. And we know who had meetings and worked with people who overthrew Viktor Yanukovych, as well as when and where they did it; we know the ways the assistance was provided, we know how much they paid them, we know which territories and countries hosted trainings and how it was done, we know who the instructors were. We know everything. Well, actually, our US partners are not keeping it a secret.

CHARLIE ROSE: Do you respect the sovereignty of Ukraine?

VLADIMIR PUTIN: Certainly. However, we would like other countries to respect the sovereignty of other states, including Ukraine, too. Respecting the sovereignty means preventing coups, unconstitutional actions and illegitimate overthrowing of the legitimate government.

CHARLIE ROSE: How does the renewal of the legitimate power take place in your judgment? How will that come about? And what role will Russia play?

VLADIMIR PUTIN: At no time in the past, now or in the future has or will Russia take any part in actions aimed at overthrowing the legitimate government.

CHARLIE ROSE: Did you have to use the military force to accomplish that objective?

VLADIMIR PUTIN: Of course, no.

CHARLIE ROSE: Russia has military presence on the borders with Ukraine, and some argue that there have been Russian troops in Ukraine itself.

VLADIMIR PUTIN: Do you have a military presence in Europe?

CHARLIE ROSE: Yes.

VLADIMIR PUTIN: The U.S. tactical nuclear weapons are in Europe, let us not forget this. Does it mean that the U.S. has occupied Germany or that the U.S. never stopped the occupation after World War II and only transformed the occupation troops into the NATO forces? And if we keep our troops on our territory on the border with some state, you see it is a crime?

CHARLIE ROSE: As you know, you are very much talked about in America.

VLADIMIR PUTIN: Do they not have anything else to do? ( Laughs.)

CHARLIE ROSE: Or maybe they are curious people? Or maybe you are an interesting character, maybe that is what it is? They know that you were the KGB agent, who retired and got into politics. In St. Petersburg you became deputy mayor, then moved to Moscow. And the interesting thing is that they see these images of you, bare-chested man on horseback, and they say there is a man who carefully cultivates his image of strength.

You enjoy the work, you enjoy representing Russia, and I know you have been an intelligence officer. Intelligence officer knows how to read other people; that’s part of the job, right?

VLADIMIR PUTIN: It used to be my job. Now I have a different job and for quite a while already.

CHARLIE ROSE: Someone in Russia told me, “There is no such thing as a former KGB man. Once a KGB man, always a KGB man.”

VLADIMIR PUTIN: You know every stage of your life has an impact on you. Whatever we do, all the knowledge, the experience, they stay with us, we carry them on, use them in one way or another. In this sense, yes, you are right.

CHARLIE ROSE: Once, somebody from the CIA told me that the training you have is important, that you learn to be liked as well. Because you have to charm people, you have to seduce them.

VLADIMIR PUTIN: Well, if the CIA told you so, then it must be true. They are experts on that. (Laughing)

CHARLIE ROSE: The popularity rating you have in Russia, I believe, makes every politician in the world envious. Why are you so popular?

VLADIMIR PUTIN: There is something that unites me and other citizens of Russia. It is love for our Motherland.

CHARLIE ROSE: It was an emotional moment at the time of the [World War II Memory], because of the sacrifices Russia had made. And you were staying with a picture of your father with tears in your eyes.

VLADIMIR PUTIN: Yes, my family and my relatives as a whole suffered heavy losses during the Second World War. That is true. In my father's family there were five brothers and four of them were killed, I believe. On my mother's side the situation is much the same. In general, Russia suffered heavily. No doubt, we cannot forget that and we must not forget, not to accuse anyone but to ensure that nothing of the kind ever happens again.

CHARLIE ROSE: You also said that the worst thing that happened in the last century was the disintegration of the Soviet Union, the Soviet empire. There are those who look at Ukraine and Georgia and think that you do not want to recreate the Soviet empire, but you do want to recreate a sphere of influence, which, you think, Russia deserves because of the relationship that has existed. Why are you smiling?

VLADIMIR PUTIN: (Laughing) Your questions make me happy. Somebody is always suspecting Russia of having some ambitions, there are always those who are trying to misinterpret us or keep something back. I did say that I see the collapse of the Soviet Union as a great tragedy of the XX century. Do you know why? First of all, because 25 million of Russian people suddenly turned out to be outside the borders of the Russian Federation. They used to live in one state; the Soviet Union has traditionally been called Russia, the Soviet Russia, and it was the great Russia. They used to live in one country and suddenly found themselves abroad. Can you imagine how many problems came out?

First, there were everyday issues, the separation of families, the economic and social problems. The list is endless. Do you think it is normal that 25 million people, Russian people, suddenly found themselves abroad? The Russians have turned out to be the largest divided nation in the world nowadays. Is that not a problem? It is not a problem for you as it is for me.

CHARLIE ROSE: As far as we know, you are very popular, but, forgive me, there are many people who are very critical towards you in Russia. As you know, they say it is more autocratic than democratic. They say that political opponents and journalists had been killed and imprisoned in Russia. They say your power is unchallenged. And they say that power, an absolute power corrupts absolutely. What would you say to those people who worry about the climate, the atmosphere in Russia?

VLADIMIR PUTIN: There can be no democracy without observing the law and everyone must observe it – that is the most basic and important thing that we all should remember.

As for those tragic incidents as losses of lives, including those of the journalists, unfortunately, it happens in all countries around the world. But if it occurs in Russia, we take every step possible to ensure that the perpetrators are found, identified and punished. We will work on all issues in the same way.

But the most important thing is that we will continue improving our political system so that people and every citizen will feel that they can influence the life of state and society, they can influence the authorities, and so that the authorities will be aware of their responsibility before those people who gave their confidence to the representatives of the authorities in the elections.

CHARLIE ROSE: If you as the leader of this country insist that the rule of law be observed, if you insist that justice be done, if you because of your power do that, then it could go a long way eliminating that perception.

VLADIMIR PUTIN: A lot can be done, but not everyone immediately succeeds in everything. How long has it taken the democratic process to develop in the United States? Since it was founded. So, do you think that as regards democracy everything is settled now in America? If this were so, there would be no Ferguson issue, right? There would be no other issues of similar kind, there would be no police abuse.

Our goal is to see all these issues and respond to them timely and properly. The same applies to Russia. We also have a lot of problems.

CHARLIE ROSE: Are you curious about America more than simply another nation that you have to deal with?

VLADIMIR PUTIN: It is interesting for us to know what is happening in the US. America has a strong influence on the situation in the world in general.

CHARLIE ROSE: What do you like most about America?

VLADIMIR PUTIN: America's creative approach to solving the problems the country is faced with, its openness and open-mindedness which make it possible to unleash the potential of the people. I believe that largely due to these qualities America has made such tremendous strides in its development.

CHARLIE ROSE: What do you think of President Obama? What is your evaluation of him?

VLADIMIR PUTIN: I do not think I am entitled to assess the President of the United States. This is up to the American people.

CHARLIE ROSE: Do you think his activities in foreign affairs reflect a weakness?

VLADIMIR PUTIN: Why? I do not think so at all. The point is that in any country, including the United States, may be in the United States even more often than in any other country, foreign policy is used for internal political struggle. An election campaign will soon start in the United States. They always play either Russian card or any other.

CHARLIE ROSE: Let me ask you this question: Do you think he listens to you?

VLADIMIR PUTIN: I think that we all listen to each other when it does not contradict our own ideas of what we should and should not do.

CHARLIE ROSE: You said Russia is not a super power. Do you think he considers Russia an equal? Considers you an equal? Which is the way you want to be treated?

VLADIMIR PUTIN: (Laughing) Ask him, he is your President! How can I know what he thinks?

CHARLIE ROSE: Are you watching the republican political debates?

VLADIMIR PUTIN: If you ask me whether I watch them on a daily basis – I would say no.

CHARLIE ROSE: Marco Rubio is running for a Republican nomination and he said you were a gangster.

VLADIMIR PUTIN: How can I be a gangster, if I worked for the KGB? It is absolutely ridiculous.

CHARLIE ROSE: Are people in Russia fearful of you?

VLADIMIR PUTIN: I do not think so. I assume most people trust me, if they vote for me in elections. And it is the most important thing. It places great responsibility on me, immense responsibility. I am grateful to the people for that trust, but I surely feel great responsibility for what I do and for the result of my work.

CHARLIE ROSE: As you know, some have called you a tsar.

VLADIMIR PUTIN: So what? You know, they call me different things…

CHARLIE ROSE: Does this title fit you?

VLADIMIR PUTIN: No, it doesn’t. It is not what your supporters, friends or your political adversaries call you that matters. What is important is what you think you must do in the interests of the country, which put you in such position, such post as the Head of the Russian State.

*FULL TRANSCRIPT IN FRENCH*

Ch. Rose : Vous êtes prêts à rejoindre les États-Unis dans leur lutte contre Daesh et c’est pour cela que vous êtes présents en Syrie ? D’autres pensent que votre but est en partie de maintenir au pouvoir l’administration d’Assad, car il est en train de perdre du terrain et que la guerre prend un tournant défavorable pour son gouvernement. Est-ce que le maintien de Bachar el-Assad au pouvoir est le but de la présence russe en Syrie ?

V. Poutine : C’est juste, c’est bien le cas. J’ai déjà dit deux fois pendant notre conversation, et je peux le répéter à nouveau, que nous accordons un soutien au pouvoir légitime de la Syrie. De plus, je suis profondément convaincu qu’en agissant dans un autre sens, celui de la destruction du pouvoir légitime, nous pouvons provoquer une situation similaire à celle qu’on observe actuellement dans d’autres pays de la région, ou dans d’autres régions du monde, en Libye par exemple, où toutes les institutions étatiques se sont désintégrées. Malheureusement, on observe la même situation en Irak. Il n’y a pas d’autre solution au problème syrien que celle du renforcement des structures étatiques légales existantes en les aidant à combattre le terrorisme, ce qui doit, bien sûr, être accompagné d’un encouragement au dialogue positif avec la partie non-radicalisée de l’opposition et à l’application de réformes politiques.

Ch. Rose : Comme vous le savez, certains membres de la coalition veulent d’abord qu’Assad renonce au pouvoir. Et c’est seulement après qu’ils seront prêts à soutenir le Gouvernement.

V. Poutine : Je leur conseillerais ou recommanderais d’adresser cette suggestion au peuple syrien et non au président Assad lui-même. Seul le peuple syrien est en droit de décider dans son pays, qui et comment, selon quels principes, doit diriger le pays.

Ch. Rose : Vous soutenez le président Assad. Et est-ce que vous soutenez ce qu’il fait en Syrie et ce qui se passe avec ces Syriens, ces millions de réfugiés, ces centaines de milliers de personnes qui sont mortes et dont une grande partie a été tuée par ses gens?

V. Poutine : Et à votre avis, ils ont raison, ceux qui soutiennent l’opposition armée et surtout les organisations terroristes dans le seul but de renverser Assad sans se préoccuper du sort de ce pays après la destruction totale de toutes les institutions étatiques dans ce pays ? Vous dites sans cesse, avec une persévérance qui pourrait être mieux utilisée, que l’armée syrienne se bat contre son propre peuple. Mais regardez qui contrôle 60% du territoire syrien ! Où est cette opposition modérée ? 60% du territoire syrien est contrôlé soit par Daesh, soit par d’autres organisations terroristes, telles que le Front al-Nosra ou d’autres encore, reconnues comme organisations terroristes par les États-Unis entre autres États, ainsi que par l’ONU.

Ch. Rose : Etes-vous prêts à envoyer des troupes russes en Syrie si dans le cadre de la lutte contre Daesh cela se révèle nécessaire ?

V. Poutine : La Russie ne participera à aucune opération militaire sur le territoire de la Syrie ou sur celui d’autres États. En tout cas, nous ne l’envisageons pas aujourd’hui. Mais nous songeons aux possibilités d’intensification de notre travail avec le président Assad et avec nos partenaires d’autres pays.

Ch. Rose : Que faut-il faire encore ? Comme vous savez, beaucoup de gens pensent que ce que fait Assad fait le jeu de Daesh et que ce traitement horrible que le régime réserve au peuple syrien, avec tous ces bombardements et autres actions malfaisantes n’est rien d’autre qu’une aide à l’Etat islamique. Par conséquent, si Bachar el-Assad part, il y aura une période transitoire, qui aidera à lutter contre Daesh.

V. Poutine : En employant le langage des services secrets, je peux dire qu’une telle connotation n’est rien d’autre qu’une initiative active des ennemis d’Assad. C’est de la propagande anti-syrienne.

Ch. Rose : C’est très vaste comme expression. De plus, cela peut signifier que la Russie va faire de nouveaux efforts pour récupérer le leadership au Proche-Orient et que cela représente votre nouvelle stratégie. Est-ce vrai?

V. Poutine : Non, on a déjà parlé des faits qui nous poussent à accorder un soutien de plus en plus important au gouvernement Assad et à réfléchir aux perspectives de la région. Je vous ai déjà répondu. Vous avez posé la question et je vous ai répondu. Plus de 2 000 combattants de l’ex-URSS se trouvent sur le sol syrien. La menace de les voir revenir en Russie existe. Alors, au lieu d’attendre leur retour, il vaut mieux aider Assad à les combattre sur le territoire de la Syrie. Voilà la motivation principale de notre soutien au président syrien. En gros on ne veut pas, bien évidemment, que la situation dans la région se somalise.

Ch. Rose : Vous êtes fier de la Russie et cela signifie que vous voulez qu’elle joue un rôle plus important à l’échelle mondiale. Et cela en est un bon exemple.

V. Poutine : Ce n’est pas un but en soi. Je suis fier de la Russie. Il y a de quoi être fier . Mais nous ne sommes pas obsédés par l’idée d’imposer un leadership russe sur la scène internationale.

Ch. Rose : Mais la Russie fait partie des principales puissances, car vous avez des armes nucléaires. Vous êtes une force à prendre en considération.

V. Poutine : J’espère bien, sinon à quoi bon disposer de ces armes? Quant à l’Ukraine, il s’agit d’une situation à part, même pour nous. L’Ukraine est le pays qui nous est le plus proche. Nous avons toujours considéré l’Ukraine comme un pays frère et c’est toujours le cas. Ce n’est pas seulement un peuple slave, c’est le peuple qui est le plus proche des Russes. Nos langues et nos cultures sont très similaires. Nous avons une histoire et une religion en commun, etc. Qu’est-ce que je trouve absolument inacceptable pour nous? Que des questions, y compris des questions controversées, relevant de la politique interne des anciennes républiques de l’URSS soient réglées par des révolutions dites «de couleur», par le renversement des pouvoirs en place par des moyens non-constitutionnels. Ça c’est absolument inacceptable. Nos partenaires aux États-Unis n’ont pas caché qu’ils soutenaient ceux qui étaient contre le président Ianoukovitch.

Ch. Rose : Vous pensez que les États-Unis sont liés au renversement de Viktor Ianoukovitch, quand il a dû s’enfuir en Russie?

V. Poutine : Je le sais avec certitude.

Ch. Poutine : Comment le savez-vous?

V. Poutine : C’est très simple. Nous sommes en contact et en relation avec des milliers de personnes en Ukraine. Et nous savons qui, où et quand a rencontré et a travaillé avec ces gens qui ont renversé Ianoukovitch. Nous savons quel soutien leur a été accordé, combien ils ont été payés et comment ils ont été entrainés. Nous savons sur quels territoires et dans quels pays ces entrainements ont eu lieu et qui étaient les formateurs. Nous savons tout. Proprement dit, nos partenaires américains ne s’en cachent plus.

Ch. Rose : Respectez-vous la souveraineté de l’Ukraine?

V. Poutine : Bien sûr. Mais nous voudrions que les autres pays respectent également la souveraineté des autres Etats, y compris de l’Ukraine. Respecter la souveraineté veut dire ne pas admettre de coups d’état, d’actions anticonstitutionnelles et de renversement illégal d’un pouvoir légitime.

Ch. Rose : Comment ce renversement du pouvoir légitime s’est-il passé ? Et quel rôle s’attribue la Russie dans la rénovation du pouvoir en Ukraine ?

V. Poutine : Mais la Russie n’entreprend pas, n’a jamais entrepris et n’entreprendra jamais d’actions visant à renverser un pouvoir légitime.

Ch. Rose : Mais était-il nécessaire d’utiliser la force militaire pour arriver à cette fin ?

V. Poutine : Bien sûr que non.

Ch. Rose : Beaucoup de gens parlent de la présence militaire russe aux frontières de l’Ukraine et certains disent même qu’il y a des troupes russes sur le territoire du pays voisin.

V. Poutine : Vous avez une présence militaire en Europe ?

Ch. Rose : Oui.

V. Poutine : N’oublions pas que des armes nucléaires tactiques américaines s’y trouvent. Qu’est-ce que cela signifie ? Que vous auriez occupé l’Allemagne ou bien auriez décidé de ne pas en finir avec l’occupation de l’Allemagne après la Deuxième Guerre mondiale en transformant tout simplement les forces d’occupation en forces armées de l’OTAN ? Et si nous avons des troupes sur notre territoire près de la frontière d’un État, vous considérez que c’est déjà un crime ?

Ch. Rose : Comme vous le savez, on parle beaucoup de vous aux États-Unis.

V. Poutine : Vous n’avez rien d’autre à faire ?

Ch. Rose : Peut-être qu’ils sont tout simplement curieux ? Peut-être que vous êtes quelqu’un d’intéressant, peut-être que c’est pour cela ? Mais ils vous perçoivent, tout d’abord, comme un dirigeant fort. Ils savent que vous avez travaillé au KGB et que vous avez bâti votre carrière politique à Saint-Pétersbourg en devenant l’adjoint au maire, et que vous avez déménagé à Moscou. Il est à noter qu’ils vous voient sur des photos torse nu, sur un cheval au galop, et ils se disent : c’est un homme qui se crée une image d’homme fort. Vous aimez votre travail et je sais que vous avez travaillé dans le renseignement extérieur. Je comprends que c’est votre métier de lire les gens.

V. Poutine : C’était mon travail. Mais aujourd’hui j’ai un autre travail et cela, depuis déjà bien longtemps.

Ch. Rose : Quelqu’un en Russie m’a dit : «Il n’y a pas d’ex-agent du KGB.

V. Poutine : Vous savez, aucune étape de notre vie ne se passe sans laisser de trace. Peu importe notre occupation, peu importe ce que nous faisons ; ces connaissances, cette expérience resteront en nous pour toujours et nous les amenons avec nous par la suite ; nous les utilisons d’une certaine manière. Dans ce sens, alors oui. C’est vrai.

Ch. Rose : Un jour, un agent de la CIA m’a dit que vous aviez été formé de façon importante. Vous pouvez charmer les gens et vous réussissez bien dans ce domaine. Vous exercez une sorte de séduction sur eux.

V. Poutine : Si on vous a dit ça à la CIA, alors c’est probablement vrai. Ces gens sont de bons professionnels.

Ch. Rose : Je pense que votre cote de popularité en Russie est enviée par n’importe quel homme politique dans le monde. Qu'est-ce qui vous rend si populaire?

V. Poutine : Il y a quelque chose qui nous unit, les citoyens de Russie et moi. Ce «quelque chose» en commun, c’est l’amour de la patrie.

Ch. Rose : Lors de la célébration du 70ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque tout le monde commémorait les victimes du conflit, nous avons tous été touchés par l’image suivante : vous aviez les larmes aux yeux et vous teniez la photo de votre père entre vos mains.

V. Poutine : Oui. Ma famille a subi des pertes considérables, ainsi que mes proches d’une manière générale, durant la Seconde Guerre mondiale. C’est vrai. Dans la famille de mon père, ils étaient cinq frères dont quatre sont morts. Du côté de ma mère, c’est à peu près la même chose. De manière générale, la Russie a payé un lourd tribut. Bien sûr, nous ne pouvons pas et nous ne devons pas l’oublier. Non pas pour accuser quelqu’un, mais pour que rien de semblable ne puisse se reproduire dans l’avenir.

Ch. Rose : Vous avez également dit que la plus grande tragédie du XXème siècle était la chute de l’Union Soviétique. Cependant, certaines personnes regardent l’Ukraine et la Géorgie et disent non pas que vous voulez rétablir l’empire soviétique, mais plutôt la sphère d’influence que la Russie mérite selon vous, à cause de ces relations qui ont existé toutes ces années.

Pourquoi souriez-vous ?

V. Poutine : Vous me réjouissez. On nous prête tout le temps je ne sais quelles ambitions et essaie en permanence de déformer ou de tronquer les faits. J’ai réellement dit que je croyais que la chute de l’Union Soviétique avait été la plus grande tragédie du XXème siècle. Vous savez pourquoi ? C’est avant tout parce que du jour au lendemain, quelque 25 millions de Russes se sont retrouvés hors des frontières de la Fédération de Russie. Ils vivaient dans un pays et soudain, se sont retrouvés à l’étranger. Vous imaginez le nombre de problèmes que cela a posé ? Des problèmes d’ordre domestique, la séparation des familles, des problèmes économiques, des problèmes sociaux. Impossible d’en faire la liste complète. Et vous pensez qu’il est normal que 25 millions de personnes, de Russes, se soient retrouvés soudain à l’étranger ? A l’heure actuelle, les Russes constituent la plus grande nation jamais séparée dans le monde. Ce n’est pas un problème ? Ce n’est pas un problème pour vous, mais ça l’est pour moi.

Ch. Rose : De nombreuses personnes en Russie vous critiquent. Comme vous le savez, ils disent que la Russie est plutôt autocratique que démocratique. Les journalistes politiques se retrouvent en prison et se font assassiner. Ils soutiennent que votre pouvoir est sans limite et aussi, que le pouvoir et en particulier un pouvoir sans limite, corrompt tout. Que diriez-vous à ces gens que préoccupe le climat politique en Russie ?

V. Poutine : Il ne peut y avoir de démocratie sans respect de la loi et tous doivent la respecter. C’est un principe de base, une chose essentielle que nous devons toujours avoir à l’esprit et ne jamais oublier. Quant à ces évènements tragiques, la mort de ces personnes, y compris des journalistes, malheureusement c’est quelque chose qui arrive dans tous les pays du monde. Mais si cela arrive chez nous, nous faisons tout pour que les auteurs de ces crimes soient interpelés, jugés et punis.

Nous allons agir ainsi dans toutes les directions. Mais ce qui est le plus important, c’est que nous allons continuer à travailler au perfectionnement de notre système politique, afin que les gens puissent sentir, afin que toute personne puisse sentir qu’elle joue son rôle dans la vie de l’État et de la société, qu’elle influe sur le pouvoir et que le pouvoir sente sa responsabilité vis-à-vis des gens qui lui ont accordé leur confiance, ainsi qu’aux autorités pendant les campagnes électorales.

Ch. Rose : Si vous, en tant que dirigeant de ce pays, insistez sur la suprématie de la loi et de la justice, alors il pourrait y avoir des progrès considérables dans l’inversion de cette perception négative.

V. Poutine : Beaucoup de choses peuvent être faites. Mais pas tout et pas tout de suite. Prenons l’exemple des Etats-Unis. Combien de temps a pris le processus de développement de la démocratie ? Il dure depuis la création des États-Unis. Et à présent, vous croyez que tout a été fait du point de vue de la démocratie ? Si tout avait déjà été fait, le problème de Ferguson n’aurait pas eu lieu, n’est-ce pas ? Il n’y aurait pas d’autre problème de ce genre. Il n’y aurait pas d’arbitraire policier.

Notre objectif est d’identifier tous ces problèmes à temps et d’agir de manière adéquate. Il en va de même pour la Russie. Nous avons aussi beaucoup de problèmes.

Ch. Rose : Les Etats-Unis vous intéressent-ils davantage que n’importe quel autre État avec lequel vous êtes amené à coopérer ?

V. Poutine : Bien sûr, nous nous intéressons à ce qui se passe aux Etats-Unis. Les Etats-Unis ont une très grande influence sur la situation dans le monde en général.

Ch. Rose : Qu'aimez- vous le plus à propos des États-Unis ?

V. Poutine : Leur approche créative dans la résolution des problèmes auxquels ils sont confrontés, l’ouverture et l’émancipation qui ont permis de faire fructifier le potentiel de la population. Je pense qu’en grande partie c’est grâce à cela que les États-Unis ont pu connaître de si grands succès dans leur développement.

Ch. Rose : Permettez-moi de vous demander ce que vous pensez du président Obama ? Comment le jugez-vous ?

V. Poutine : Je ne me considère pas en droit de juger le président des Etats-Unis. C’est l’affaire du peuple américain.

Ch. Rose : Pensez-vous que son activité dans les relations internationales reflète une faiblesse ?

V. Poutine : Je ne le pense pas du tout. Vous savez, voici la chose. Dans tout pays, y compris aux Etats-Unis, et peut-être même aux Etats-Unis plus qu’ailleurs, les facteurs de politique extérieure sont utilisés dans les débats de politique intérieure. La campagne électorale aura bientôt lieu aux Etats-Unis. Tout le temps, c’est soit la carte russe qui est jouée, soit une autre.

Ch. Rose : Permettez-moi de vous poser la question suivante : pensez-vous qu’il vous écoute ?

V. Poutine : Je pense que nous nous écoutons les uns les autres, quand cela ne contredit pas nos propres idées de ce que nous devrions ou ne devrions pas faire.

Ch. Rose : Pensez-vous qu’il considère la Russie d’égal à égal ? Pensez-vous qu’il vous considère d’égal à égal ? Et est-ce que c’est bien le comportement que vous attendez de sa part ?

V. Poutine : Posez-lui donc la question ! Après tout c’est votre président. Comment puis-je savoir ce qu’il pense ?

Ch. Rose : Suivez-vous les débats politiques du Parti républicain ?

V. Poutine : Suivre les débats de manière quotidienne, ça non.

Ch. Rose : Marco Rubio est l’un des candidats au poste de président des Etats-Unis du Parti républicain vous a traité de «gangster» lors des débats politiques.

V. Poutine : Comment puis-je être un gangster alors que je travaillais au KGB ? C’est absolument contraire à la réalité.

Ch. Rose : Les gens ont peur de vous en Russie ?

V. Poutine : Je crois que non. Je suppose que la plupart des gens me font confiance, s’ils votent pour moi lors des élections. Et c’est ce qu’il y a de plus important. Cela représente une énorme responsabilité, une responsabilité colossale. Je suis reconnaissant au peuple pour cette confiance, mais bien sûr, je ressens une énorme responsabilité pour ce que je fais et pour le résultat de mon travail.

Ch. Rose : Comme vous le savez, certaines personnes vous qualifient de Tsar.

V. Poutine : Et alors ? Vous savez, on m’appelle de différentes manières.

Ch. Rose : Ce titre vous correspond-il ?

V. Poutine : Non. Ce qui importe, ce n’est pas comment des sympathisants, des amis ou des adversaires politiques vous appellent. Ce qui compte, c’est ce que l’on pense soi-même de ce que l’on doit faire dans l’intérêt du pays qui vous a confié cette fonction, ce poste, en tant que chef de l’État russe.

Top downloads in last 24 hours
Pool for subscribers only
01:03
France: Police swarm church following death of three in Nice knife attackFrance: Police swarm church following death of three in Nice knife attack
October 29, 2020 at 10:21 GMT +00:00
02:06
France: Nice church cordoned off following deadly knife attackFrance: Nice church cordoned off following deadly knife attack
October 29, 2020 at 13:54 GMT +00:00
Pool for subscribers only
00:53
France: Several injured, one woman 'beheaded' as police investigate Nice knife attackFrance: Several injured, one woman 'beheaded' as police investigate Nice knife attack
October 29, 2020 at 12:15 GMT +00:00
04:00
Wunderbirds - parrots in China play ball games and perform gymnastics movesWunderbirds - parrots in China play ball games and perform gymnastics moves
October 28, 2020 at 14:01 GMT +00:00
Pool for subscribers only
02:33
France: Nice mayor vows to 'definitively destroy Islamofascism' following attackFrance: Nice mayor vows to 'definitively destroy Islamofascism' following attack
October 29, 2020 at 13:38 GMT +00:00
03:30
UK: Polish community rally in London against Poland's near-total abortion banUK: Polish community rally in London against Poland's near-total abortion ban
October 29, 2020 at 03:36 GMT +00:00
04:32
UAE: 'World's longest' cantilever lifted into place in DubaiUAE: 'World's longest' cantilever lifted into place in Dubai
October 28, 2020 at 17:51 GMT +00:00
04:25
USA: More than 200,000 white flags on display in DC to honour COVID-19 victimsUSA: More than 200,000 white flags on display in DC to honour COVID-19 victims
October 28, 2020 at 00:32 GMT +00:00
06:00
Italy: Doctor aims for the ‘humanisation of medicine’ as he resumes home treatment of COVID patientsItaly: Doctor aims for the ‘humanisation of medicine’ as he resumes home treatment of COVID patients
October 28, 2020 at 18:36 GMT +00:00
Pool for subscribers only
01:59
France: Macron announces nationwide lockdown to fight against second wave of COVIDFrance: Macron announces nationwide lockdown to fight against second wave of COVID
October 28, 2020 at 20:13 GMT +00:00
02:41
USA: Protesters and police clash during 2nd night of Washington DC demonstrationsUSA: Protesters and police clash during 2nd night of Washington DC demonstrations
October 29, 2020 at 08:05 GMT +00:00
03:29
France: Tear gas flies as protesters rally against nationwide lockdown in ParisFrance: Tear gas flies as protesters rally against nationwide lockdown in Paris
October 30, 2020 at 03:04 GMT +00:00
Pool for subscribers only
00:27
Spain: Activists sing ‘Kalinka’ in Barcelona after reports of Moscow's alleged support for Catalan independenceSpain: Activists sing ‘Kalinka’ in Barcelona after reports of Moscow's alleged support for Catalan independence
October 29, 2020 at 11:52 GMT +00:00
01:54
France: Paris church bells ring out in honour of Nice knife attack victimsFrance: Paris church bells ring out in honour of Nice knife attack victims
October 29, 2020 at 14:35 GMT +00:00
00:43
France: Gunshots ring out as local captures moment police shot Nice church attackerFrance: Gunshots ring out as local captures moment police shot Nice church attacker
October 29, 2020 at 19:04 GMT +00:00
01:46
Germany: Parliament President Schauble steps in after Merkel heckled in BundestagGermany: Parliament President Schauble steps in after Merkel heckled in Bundestag
October 29, 2020 at 09:35 GMT +00:00
03:02
Italy: Bar owners spill beer outside Lazio govt building to protest new COVID measuresItaly: Bar owners spill beer outside Lazio govt building to protest new COVID measures
October 29, 2020 at 09:22 GMT +00:00
Pool for subscribers only
00:20
USA: Police called at Texas man's Halloween house of horrorsUSA: Police called at Texas man's Halloween house of horrors
October 29, 2020 at 00:24 GMT +00:00
02:58
USA: Pennsylvania bakery drums up business with Trump vs Biden cookies battleUSA: Pennsylvania bakery drums up business with Trump vs Biden cookies battle
October 28, 2020 at 20:43 GMT +00:00
00:28
France: Police block off street near Nice church after deadly knife attackFrance: Police block off street near Nice church after deadly knife attack
October 29, 2020 at 15:19 GMT +00:00
03:22
Colombian innovators create 'protective bubble' for children against coronavirus Colombian innovators create 'protective bubble' for children against coronavirus
October 29, 2020 at 14:53 GMT +00:00
04:33
Peru: Psychologists dance, sing, and play with hospitalised COVID patients to help them recover in LimaPeru: Psychologists dance, sing, and play with hospitalised COVID patients to help them recover in Lima
October 29, 2020 at 15:41 GMT +00:00
View all videos